Les moyens de transport agricole

A la ferme, le paysan utilise principalement :
  • le tombereau basculant (transport bois, betteraves, fumier, cailloux, etc).
  • la charrette (bois, foin, paille, sac de blé, vin, eau-de-vie, fumier, etc.)
  • la cochonnière (goronnière, moutonnière)
  • la tonne à eau et à purin
  • le pulvérisateur pour droguer la vigne, etc.
  • le triqueballe pour transporter les billes de bois
Les tombereaux et charrettes étaient peints généralement en "bleu charette".

Le tombereau, deux roues, caisse fermée qui bascule pour la vider.


Photo à identifier : tombereau encassé.


Tombereau attelé à un cheval sur le pont de la Vienne.


André Gerbaud commandant de bord dans son tombereau basculant


Défilé à Villognon 2006.


Petite charrette à âne remplie de sarments de vigne.



La charrette commune à deux roues, composée d'un plancher supporté par deux brancards dans le prolongement desquels est attelé l'un des animaux de trait, est le plus usité des instruments de transport employés par l'agriculture. Pour soutenir la charge, de quelque nature qu'elle soit, la charrette est garnie des deux côtés de ridelles à claire-voie, formées de montants et de traverses qui se croisent à angles droits. Lorsqu'il s'agit de transporter des fourrages, on adapte à la charrette, qui dans ce cas prend le nom de guimbarde, deux grands treillages inclinés, formés chacun de 3 montants et de 3 traverses ; l'un de ces treillages penche en avant sur le cheval de brancard, l'autre en arrière de la charrette : c'est ce qu'on nomme les cornes de la guimbarde. En Charente on les appelle des fourragères.


La charrette, équipée, ici pour le foin pouvait recevoir des ridelles (fumier, betteraves).



Une vraie "bleu charrette".

Place du marché à Sauzé-Vaussais (79) ; transport de bois.


Transport de perches de bois (La Bataille, 79).
 

 

Transport du vin et eaux de vie en Charente
 

Charrette à cheval plateau nu portant une cuve à vendange.



Transport de futs de vin et d'eau de vie.
 
 
Le porte-fainéant était normalement interdit car dépassant du gabarit : danger !


Le porte-fainéant est en toile.

Une belle initiative que "La route des tonneaux et des canons" qui réunit huit associations pour faire revivre le transport de l'eau-de-vie des Charentes et des canons de la forge de Ruelle vers la mer par rochefort (17). Il faut visiter le site de la route (lien ci-dessous) et cetet vidéo extraordinaire.



A la foire !


 
 
Les paysannes transportaient leurs bidon de lait sur un char à banc.
 
Pour se rendre à la foire, le paysan dispose d'un char à banc, ou d'une cochonnière (moutonnière) à deux ou quatre roues. Sur place, il la dételle, fait ses affaires pendant que sa femme vend quelques volailles et achète du tissu et autres babioles. Repas au restaurant, et retour "arrosé"...

Pour aller à la foire, un char à banc (sinon la cochonnière) tiré par un âne ou cheval.


L'âne attelé au char à banc demande des nouvelles à la famille !


Exemple à Roumazières de cochonnières détellées.

Sortie de la moutonnière de la cour de la ferme.

Moutonnière (1er plan) puis cochonnière (2e plan).

La cochonnière transporte de petits animaux (cochons, veaux, moutons).
 
Le char à banc a deux roues ; il est attelé à un âne ou un cheval, il est équipé de bancs fixes qui permettent aux occupants de voyager assis. Il est utilisé pour se rendre à la messe, pour aller vendre au marché, ou pour visiter la famille. Une cage en barreaux de bois se pose sur le char à banc pour transporter un porc.



Transport de l'eau, du lait... et du purin


Remplissage du tonneau monté sur une charrette.

Tonne à eau ou à lait tirée par un âne ou un cheval.
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site