En voiture hippomobile
 

Les pataches
Anciennes voitures publiques à deux ou quatre roues (par analogie aux pataches d'eau).

"Ces voitures à deux roues fort nombreuses dans les provinces du centre sont de deux sortes, les pataches ouvertes, et les pataches fermées. Les premières sont les plus anciennes."
Les pataches assuraient au XIXe siècle le transport des voyageurs et du courrier vers les bourgs non desservis par un relais de poste ou une gare de chemin de fer.



 

Omnibus en gare de Confolens.







Les calèches
"Cette élégante voiture à un ou deux chevaux se distingue particulièrement par la capote mobile dont elle est pourvue. Cette capote est en cuir et se trouve tendue sur quatre cerceaux ; de plus elle est soutenue par des leviers en fer à charnière, en forme d'S, que l'on appelle compas. Lorsqu'on veut ouvrir complètement la calèche, le domestique resserre ces compas en les repliant sur eux-mêmes et en jetant la capote en arrière. Il y a plusieurs espèces de calèches, les calèches à l'anglaise, les calèches à cave, c'est-à-dire fermées par un tablier de cuir percé d'un trou, les calèches-coupés et les calèches de chasse."
 
Calèche : espèce de voiture à ressort et à quatre roues, qui est fort légère et ordinairement découverte. L'usage des calèches est plus ancien qu'on ne pense. Nous en trouvons trois sur les anciens monuments. La première a été donnée par M. Maffci ; la seconde est tirée d'un ancien monument de la ville de Metz ; la troisième, qu'on a trouvée dans le royaume de Naples, a été publiée par M. Bulifon. On ne sait quel est l'animal qui tire celte dernière. Les deux autres sont tirées chacune par un cheval. Ces calèches ne diffèrent des nôtres qu'en ce que le siège où l'homme est assis est rond. L'on a trouvé dans les peintures d'Herculanum la représentation des calèches, que les Romains nommaient veredum : elles ressemblaient à nos chaises de poste attachées à deux chevaux. Le conducteur était assis sur le cheval de volée, c'cst-à-dire sur le cheval qui ne porte pas le brancard. Le rhedum des romains était une voiture à quatre roues, et le césium n'avait que deux roues ; on l'appelait birola ; il différait du veredum.

Calèche : espèce de carrosse léger entouré de mantelets, et dont on se sert pour se promener dans les jardins.
 




Un attelage (à gauche) un jour de marché.




 











Cognac : c'est Cognac et ce ne sont pas les mêmes richesses !




André Gerbaud, maraige en 2011 de la petite-fille à Robert Moreau.





 

 


Défilé de voitures agricoles et anciennes lors du festival 2006 à Villognon.


Le dernier voyage
On dit du cheval de corbillard qu'il a « un mors aux dents et au cul »,

Le corbillard
Autrefois on donnait ce nom au coche d'eau qui menait à Corbeil près Paris. Par quelle capricieuse transformation le nom d'un coche d'eau est-il devenu celui d'un char funèbre? Peut-être est-ce à cause de la lenteur de la marche, la seule analogie que nous puissions trouver entre ces deux véhicules.
On appelait aussi corbillards les carrosses dans lesquels étaient entassés les gens de la suite des princes; puis on a fini par appeler ironiquement corbillard toute voiture chargée d'un nombre de personnes qui n'était pas en rapport avec sa capacité.
Quoi qu'il en soit de cette étymologie, le nom de corbillard était spécialement donné aux chars funèbres, richement décorés, qui transportaient les restes mortels des grands à leur dernière demeure.
Aujourd'hui (en 1850), à Paris, le plus mince bourgeois se donne les honneurs du corbillard, qui sont en province le privilège exclusif de l'aristocratie, de la noblesse et de l'opulence.
 

Un corbillard ne diffère d'un coche que par trois objets.
  • 1. Il n'a plus de mantelets ou rideaux ;
  • 2. le plafond est dans les corbillards communs remplacé par des barreaux de bois placés à distance égale, et transversalement : cette disposition se remarque plus rarement dans les riches corbillards ;
  • 3. les sièges sont supprimés, et un peu avant les deux extrémités de la voiture, on pose deux traverses épaisses destinées à supporter le cercueil.
Ces voitures ont ordinairement environ six pieds cinq pouces de longueur, sur trois pieds neuf pouces de large, pris à l'endroit de la ceinture: elles ont cinq pieds quatre pouces de haut à partir du dessous de la voiture à l'impériale : deux pieds deux pouces de hauteur d'accotoir : deux pieds neuf pouces d'entrée ou de largeur de portière,  quelquefois deux pieds, deux à trois pouces seulement.

Elles sont toujours peintes en noir, garnies de draperies de même couleur, et disposées pour deux chevaux. Comme l'attelage ne va jamais qu'au pas, et que d'ailleurs il est plus que suffisant, on se dispense de donner des soins à la légèreté de ces voitures.

Achat d'un corbillard (3 décembre 1921)
Marcelin Suraud, maire de Bernac et Jean Jouinot, maire de Saint-Martin du Clocher, achètent (1) à Eugène Blais, entrepreneur de Pompes funèbres à Ruffec, un corbillard et les communes en deviennent co-propriétaires.
Il s’agit d’un « corbillard et de ses accessoires, le tout ayant fait un certain usage et comprend : un char placé sur quatre roues, surmonté de quatre colonnes supportant elles-mêmes un dais et sur lesquelles - un à chaque coin - pendent quatre pompons à plumets noirs - un à chaque angle extérieur et supérieur - et quatre figures en métal blanc ; une petite draperie noire de 0,30 m de largeur environ, aux franges argentées qui épouse le pourtour latéral du dais ; 3e, quatre cordons blancs avec poignée, dits cordons du poêle ; 4e, un drap noir avec raie blanche, un drap blanc crème. Et une paire de traits d’attelage en cuir et des guides également en cuir.
La présente vente aura effet au 1er janvier 1922, les communes remettront le corbillard et ses accessoires à l’adjudicataire du transport des corps des deux communes. Cette vente est consentie moyennant la somme de 1.300 francs.
Fait à Bernac le 3 décembre 1921.
Validé par le sous-préfet de Ruffec le 7 décembre 1921.
(1) Délibération du conseil municipal de Bernac du 13 novembre 1921 et de Saint-Martin du Clocher du 20 novembre 1921


Coup de main des amis des Haras nationaux pour les identifier.

Ou la collection du Haras nationaux du Pin

Ou autre concernant les Haras nationaux.
 


Pour aborder la liste qui suit on peut consuler ce site spécialisé.

Les voitures à deux roues forment cinq genres principaux :
  • 1° charrette anglaise ;
  • 2° tilbury : voiture hippomobile légère, type cabriolet, deux roues, ouverte, à capote (voire sans), inventée en 1815 en Angleterre. Du nom du carrossier metteur au point. La caisse haut placée comporte un siège pour deux personnes, sans coffre. Le tilbury a une suspension constituée de deux ressorts d'essieu et d'un ressort transversal, ou quatre ressorts droits disposés en carré. Les brancards sont réunis à l'arrière par une traverse. Il peut être tiré par un cheval, ou deux en tandem. Les roues de grand diamètre, conçues pour aller vite sur des chemins de campagne, et sa légèreté rendent le tilbury instable. Voiture idéale des médecins de campagne.
  • 3° dog-cart : charrette à chiens, est, à l'origine, une petite voiture découverte, de fabrication britannique, tirée par un cheval, à deux roues très élevées et munie d'un panier pour loger des chiens de chasse.
  • 4° carrick ;
  • 5° cab.
Les voitures à quatre roues forment six genres principaux :
  • 1° voitures découvertes ;
  • 2° voitures couvertes à rideaux ;
  • 3° voitures fermées à une porte ;
  • 4° voitures à capote pouvant se couvrir à volonté ;
  • 5° voitures à double capote et à portes pouvant se fermer complètement ;
  • 6° voitures fermées à deux portes.
Les voitures découvertes comprennent :
  • la charrette montée à quatre roues,
  • 1e dog-cart de chasse,
  •  le char à bancs,
  • le break,
  • le squelette de dressage.
Les voitures couvertes à rideaux comprennent :
  • la tapissière,
  • la voiture de course
  • la wagonnette.

Dans les voitures fermées à une porte :
  • l'omnibus,
  • l'omnibus à ballon,
  • l'omnibus à capucine,
  • l'omnibus tramway,
  • la voiture d'ambulance,
  • la diligence.

Les voitures à capote pouvant se couvrir à volonté, renferment :
  • le phaéton et ses diverses variétés,
  • le spider,
  • le duc,
  • le panier,
  • le poney-parc,
  • la victoria,
  • le duc-victoria,
  • le mylord,
  • le vis-à-vis ou sociable,
  • la calèche,
  • la lilloise.

Les voitures pouvant se fermer complètement, comprennent :
  • le landau et ses variétés,
  • le cab à quatre roues.
  • Les voitures fermées à deux portes, renferment :
  • le coupé,
  • le coupé-trois-quarts,
  • le brougham,
  • le mail-coach,
  • le dorsay,
  • la berline et ses variétés,
  • le coupé à housse.
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site